1 Juil 2013

Je m’voyais déjà en haut de l’Afis

Publié à 22h25 par sous Actualités, Scepticisme et zététique

Gaillardement lancé à la rencontre des zététiciens, Maître Lupin participait le 25 juin à une rencontre de l’Afis. La conférence fut l’occasion pour Nicolas Gauvrit et Jean-Paul Delahaye d’exposer différentes manières de manipuler les chiffres, pour le meilleur et pour le pire.

Foin d’association de zététique à Paris, étonnamment ! Pour satisfaire le sceptique soucieux de tester ses capacités d’auto-défense intellectuelle, reste une possibilité : se rapprocher de l’Association française pour l’information scientifique (Afis), dont nous vous avions parlé ici, et qui édite l’excellente revue Science et pseudo-sciences (version en ligne à cette adresse).

Chiffres truqués : parfois, l’Afis, elle est un peu grosse

Chiffres truqués : parfois, l’Afis, elle est un peu grosse

Le 25 juin dernier, l’amphithéâtre Tisserand du prestigieux institut AgroParisTech accueillait la 7e rencontre de l’Afis (groupe Paris/Île-de-France). Selon le schéma habituel, la parole était donnée à deux chercheurs bien connus des zététiciens (et des lecteurs de book-e-book) :

  • Nicolas Gauvrit, mathématicien et psychologue (autobiographie originale ici), nous a d’abord expliqué qu’une donnée statistique peut être représentée de multiples façons, et que les choix de représentation ont des effets bien différents sur ceux qui en prennent connaissance (ce qui ne veut pas forcément dire qu’un journaliste optant pour l’illustration la plus favorable à sa thèse souhaite véritablement induire le lecteur en erreur : son choix peut tout simplement s’expliquer par le fait que la représentation est justement celle qui, à ses yeux, correspond le mieux à ce qu’il a en tête !)
  • Jean-Paul Delahaye, informaticien et mathématicien (fiche Wikipedia ici et page personnelle ), a ensuite abordé le thème de la “culturomique” et décrit quelques méthodes de mesure de la notoriété des chercheurs (puisque aucune n’est parfaite, ce qui importe est, comme toujours, de se donner des moyens d’évaluation variés, dont on connaît précisément le fonctionnement, et donc aussi les forces et les faiblesses)

Soit deux interventions qui nous auront utilement rappelé l’importance de comprendre ce que cachent les chiffres qu’on manipule, d’où on les tire, comment on les obtient, et dans quel but on les exploite.

Une rencontre avec deux têtes d’Afis

Une fois la conférence terminée, les organisateurs et quelques sympathisants de l’Afis, tout aussi affables et chaleureux que leurs collègues niçois, nous ont à leur tour invité à une “troisième mi-temps” propice aux échanges autour de mets de choix. Dites donc, les sceptiques, vous allez commencer à nous mettre dans l’idée que toutes ces rencontres ne servent jamais que de prétexte à ripailler 😉 !

Il n’empêche, nous aurons pu compléter notre collection d’anciens numéros de la revue Science et pseudo-sciences, aux articles merveilleusement limpides et pédagogiques, et mettre enfin des visages avenants sur des noms (ou pseudos !) si souvent lus ou entendus.

Bon. Qui d’autre pour nous emmener au resto, maintenant ?

Pour aller plus loin :

Auteurs :

Tags : , , ,

Une réaction à l'article « Je m’voyais déjà en haut de l’Afis »

  1. Corruptio Optimi Pessima a écrit :

    Et la suite à propos du film “La Révélation des Pyramides”, nous en verrons la couleur un jour ?
    Vous savez, je parle de tous les arguments tangibles et infaillibles que vous promettiez d’apporter, juste après les trois pages de diffamation pure que vous avez pondu. Vous étiez censé démontrer aisément l’inanité de ce documentaire, encore des paroles en l’air ?
    A moins que vous ne soyez dores et déjà convoqués devant le tribunal, pour toutes ces basses attaques infondées ?

    Vous doutiez ?
    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.534311633297157.1073741827.312309982163991&type=1

    Thumb up 1