4 Mar 2013

Révélation(s) en série (1/5) : où est l’escroquerie pyramidale ?

Publié à 21h21 par , et sous Croyances et dogmes, Histoires, images et symboles, Scepticisme et zététique

“Du haut de ces monuments, quarante siècles vous contemplent”, aurait lancé Napoléon à ses troupes au pied des pyramides d’Égypte. Dans Astérix et Cléôpatre, le décalage d’époque fait que Panoramix formule la même idée en réduisant l’intervalle de temps à 20 siècles. Mais ces estimations (déjà fort approximatives) ne sont-elles qu’une affreuse méprise ? Dans leur Révélation des pyramides, Jacques Grimault et Patrice Pooyard laissent entendre que la construction de la grande pyramide de Gizeh remonterait à une période bien antérieure à celle envisagée par la majorité des égyptologues. Par respect pour l’empereur et le druide, deux monuments nationaux à nous, l’affront ne saurait rester impuni ! Première partie de notre enquête sur une nouvelle théorie exotique : le “fond” est-il indépendant de la “forme” ?

Grosse déception, au matin du 22 décembre 2012 : déjouant les pronostics les plus pessimistes, l’apocalypse a loupé le rendez-vous de la veille. La fin du monde, c’est plus ce que c’était. On ne peut décidément plus compter sur rien ni personne, ma bonne dame. Merci bien, les Mayas (ou plutôt leurs interprètes les plus imaginatifs).

Heureusement, certains persistent à soutenir que la fin du monde est proche : que le feu du ciel nous tombe sur la tête, ou qu’un nouveau déluge abreuve nos (micro)sillons, les cataclysmes planétaires nous guettent.

“Comme un ouragan, qu’est passé sur moi […]”

L’ “Ouragan” de Stéphanie Grimaldi – lointaine cousine de Jacques Grimault ???

C’est juste que la grande horloge du temps n’a pas encore sonné notre dernière heure. Quelle horloge, exactement ? C’est tout l’objet du “documentaire” La Révélation des pyramides (LRDP) que de nous révéler où elle se cache, et comment interpréter son message.

On nous parle d'un temps que les moins de 10 000 ans ne peuvent pas connaître

Et la prophétie semble en passe de se réaliser : sur internet, la diffusion du film a d’ores et déjà déchaîné un intarissable déluge de commentaires…

1. Notre démarche : scepticisme et salubrité publique

Pour passer en revue le contenu de ce “documentaire” (on est gentils, on va continuer à appeler LRDP ainsi, à défaut d’autre chose), nous allons essayer d’adopter une démarche un peu structurée, qui reprendra beaucoup d’idées développées dans nos articles précédents. Ce sera l’occasion de rappeler quelques grands principes d’auto-défense intellectuelle, et de les illustrer sur un cas pratique.

Et un beau. Une lecture sceptique de ce film est en effet à la portée de tout le monde et, pourtant, au vu de l’incroyable buzz que LRDP a généré, il semble que notre indispensable Descartes se soit fourvoyé : le bon sens n’est certainement pas la chose du monde la mieux partagée…

Si donc ce travail d’analyse nous permet de marteler des évidences et, dans le même temps, de tirer des lois générales sur la façon de répondre aux théories “non conventionnelles”, voire directement une grille de lecture méthodique, il n’aura pas été inutile.

Bon, s'il faut qu'on s'y colle

Nous prenons comme point de départ deux des phrases prononcées en guise de conclusion au documentaire :

“Ce travail sera probablement déformé, pris en défaut sur des détails et sorti de son contexte pour être ridiculisé ou, pire, on attaquera les personnes sans répondre à leurs questions. Seuls les faits comptent, et mon informateur se tient à la disposition de tous ceux qui voudraient participer à ce gigantesque travail de compréhension auquel il nous invite tous”

Cette insistance sur les “faits” que présenterait la vidéo (des faits qu’on imagine bruts, objectifs et donc non contestables) est répétée à l’envi par les auteurs lors de leurs diverses interventions. Si bien que le discours a pris : désormais, la plupart des défenseurs du documentaire répliquent systématiquement que l’on doit se contenter d’analyser et de critiquer les faits décrits. Les considérations ad hominem, c’est-à-dire à propos des personnes à l’origine de l’exposition de ces faits, seraient à rejeter par défaut : ce qu’on est censé évaluer, c’est uniquement l’argumentation, la théorie, et non pas les hommes qui la portent (et l’apportent).

Or nous sommes en profond désaccord avec ce discours sur les “faits”, et refusons le jeu auquel on nous demande de jouer. Nous entendons vous expliquer ici, dans une enquête en cinq parties, en quoi nous trouvons ce discours tout à fait manipulateur, et en quoi accepter le jeu proposé, c’est justement faire le jeu de ses auteurs.

Pour nous guider tout au long de l’étude, voici quelques questionnements à garder en tête :

  • Le “documentaire” LRDP ne contient-il que des “faits”, ou également bien d’autres choses qui n’en sont pas (interrogations, interprétations, opinions, théories, mensonges, etc.) ?
  • Peut-on énoncer une litanie de faits sans admettre que les gens feront naturellement le lien entre les idées présentées, qu’ils chercheront un sens général, et donc qu’ils y verront un message ? Sous-entendu : le simple fait d’accoler des éléments revient-il à transmettre un message ?
  • Les auteurs du documentaire se conforment-ils aux exigences qu’ils imposent aux autres, que ce soit sur le plan du comportement ou de la logique argumentative ? Ou tombent-ils souvent dans les travers, les erreurs et les biais de raisonnement qu’ils dénoncent chez les autres ?

Si on vous met ces images côte à côte, c'est pas du tout pour illustrer les liens entre elles...

2. Comment aborder le docu : a priori, ESKI nous inspire confiance ?

Conformément à notre objectif de devenir maître de nous-même, nous avons déjà développé notre position à l’égard de tous ces “jeux” auxquels on nous demande de participer (voir l’article traitant de la question générale : faut-il répondre aux demandes que l’on nous fait, et si oui comment ?). Constructifs, nous avions même conçu une grille d’analyse pour nous aider à examiner les requêtes qui nous sont adressées : ESKI (Enjeu, Sens, Kapacité, Intérêt).

Voyons comment elle s’applique à la question du jour : pouvons-nous contribuer au “gigantesque travail de compréhension” auquel nous invitent les auteurs de LRDP ? (Étonnamment, la réponse sera plutôt oui, mais sans doute pas de la manière dont ils l’entendent 😉 !)

  • Enjeu : pourquoi cette demande nous-est elle adressée, et que peut-elle apporter à ceux qui l’ont émise ? Reconnaissance et attention

Pourquoi s’adresser à nous, grand public anonyme et pas forcément compétent, pourquoi vouloir nous associer à ce travail, et pourquoi comme ça, par documentaire interposé ? Il nous faudrait connaître très exactement les intentions des auteurs. Par exemple, leur motivation est-elle financière ? Bien sûr, on pourrait choisir de répondre à cette question en nous fondant sur leurs buts déclarés, mais comment savoir si nous pouvons les croire ?

Indépendamment du discours qu’ils tiennent, dans tous les cas, donner suite à leur demande revient à leur accorder de l’attention, et donc de la reconnaissance : en présupposant qu’ils peuvent avoir raison, on satisfait nécessairement un peu leur ego. Or c’est peut-être justement la seule “monnaie” – ou l’une des diverses monnaies – dans laquelle ils souhaitent être rétribués.

  • Sens : la demande est-elle logique et compréhensible ? Oui

Oui, nous croyons bien comprendre de quoi il s’agit : on nous engage à vérifier la réalité des faits présentés dans LRDP, à éprouver la validité des thèses soutenues par les égyptologues, et à réfléchir à ce que l’on peut déduire de tout ça. En particulier, la théorie présentée à la fin de LRDP est-elle plausible ?

  • Kapacité : sommes-nous capables de répondre nous-mêmes ? Pas vraiment

Avons-nous suffisamment de connaissances et de savoir-faire pour revoir la copie d’égyptologues de métier ? Disposons-nous des “ressources” adéquates pour participer au grand chantier lancé par LRDP ?

(Ce à quoi on voit déjà les pro-LRDP nous répondre : “Non mais hé, et les Égyptiens, alors, vous croyez qu’ils en étaient capables, de concevoir un chantier comme celui de la grande pyramide, hein ?”)


Très littéralement, c’est du travail d’Arabes, tout ça

La réponse courte est forcément non, pour la plupart d’entre nous : nous n’avons évidemment pas un bagage scientifique et historique suffisant pour remettre en cause le travail des égyptologues à la seule force de nos petits bras musclés. Cependant, ce point capital mérite qu’on s’y attarde ; nous l’aborderons à nouveau une autre fois.

  • Intérêt : sommes-nous forcés de répondre, ou avons-nous un intérêt à le faire ? L’intérêt, disons que c’est la beauté de la science !

Contraints, certes non. Intéressés ? Hé bien, s’il y a de lourdes erreurs dans les théories actuellement défendues par les égyptologues, et que l’on peut aider à les souligner afin de guider les recherches vers de nouvelles pistes prometteuses, on aura le sentiment d’avoir servi à quelque chose, c’est sûr. Mais sinon, si l’on ne fait que s’égarer dans la vérification d’absurdités, quelle sacrée perte de temps… On n’aura fait que donner de l’attention à des gens qui ne le méritaient pas forcément, s’ils ont eux-mêmes manqué à des exigences basiques de rigueur, de sérieux et d’honnêteté.

Bref, il est difficile de savoir si ce travail de vérification est utile, tant qu’on ne sait pas si les faits présentés dans LRDP sont solides, leur interprétation valide, et la thèse finale tenable. Par conséquent, on aimerait bien pouvoir mesurer a priori la robustesse et la crédibilité des idées présentées dans le docu. Pouvons-nous suggérer des moyens de le faire ?

En conclusion à notre étude sur les différents types de question et de réponse, nous affirmions que la qualité et la richesse d’une réponse dépendent du respect accordé au demandeur ainsi qu’à sa demande. Dans le cas présent, avons-nous du respect pour l’un et pour l’autre ? Faisons-nous suffisamment confiance aux individus qui nous proposent le jeu, aux règles du jeu proposé, et à la finalité de ce jeu ? Et, si oui, à quoi tient cette confiance ?

Jouer aux cartes avec des tricheurs, ça me fend le cœur

Ainsi, c’est justement parce que nous voulons savoir si nous pouvons accorder notre confiance que nous avons besoin de nous intéresser aux personnes derrière LRDP, ainsi qu’à la méthode qu’ils ont choisie pour nous prendre à partie.

Parce qu’on n’ira pas jusqu’à lancer l’expression favorite des anti-grévistes, “pris en otage”, mais c’est vrai qu’on a un peu l’impression de se retrouver embarqués dans un débat non sollicité sur la valeur du travail des égyptologues. (“Alors, pour ou contre la version officielle, hein ? Hein ? Non mais dites-le, prononcez-vous, vous pouvez pas tout le temps fuir le débat, allez, choisissez votre camp, bande de chiffes molles !”) Alors que ces braves égyptologues ne nous ont rien demandé, et nous non plus, au demeurant, pauvres spectateurs perdus sur la Toile que nous sommes.

A en croire les défenseurs de Grimault, il nous faudrait choisir notre camp : pro-LRDP ou pro-histoire “officielle”. C’est binaire, c’est manichéen, il n’y a pas d’alternative… Pour bien nous montrer de quel côté se trouve la lumière, ils ont leur stock d’éléments de langage tout trouvés : “vous n’aimez pas qu’on remette en cause vos certitudes !” Sauf que l’accusation tient d’autant moins… qu’on n’a aucune certitude au départ ! Puisqu’on ne connaît rien au sujet. On ne va pas défendre la “version officielle” si on ne la connaît même pas !

Il faudra un jour que les pseudo-scientifiques comprennent que, dans un tel débat, les positions ne sont pas symétriques : c’est à ceux qui ont une thèse à défendre de bien la défendre ; les autres, les sceptiques, dans leur posture critique, peuvent critiquer autant qu’ils veulent. Les Caliméro de la pseudo-science trouveront que c’est vraiment trop injuste, alors que c’est simplement normal : pour remettre en cause tout l’échafaudage des connaissances théoriques patiemment accumulées au cours des siècles, on aura besoin de quelque chose d’un peu solide, alors autant bien s’assurer d’éprouver le sérieux et la robustesse des nouveaux éléments proposés. Demandez donc à des constructeurs de pyramides 😉 !

En définitive, pour évaluer la validité de LRDP, nous devons d’abord évaluer la forme, avant de plonger dans le fond, car si le comportement des auteurs et leur manière d’exposer leur travail ne nous inspirent pas confiance, il n’y aura pas forcément lieu de se pencher sur leurs idées. Cela ne voudra pas forcément dire qu’elles sont fausses, entendons-nous bien, mais simplement que douter de leur crédibilité est légitime.

Dans l’ordre, nous décidons donc de passer en revue :

  • les personnes : que pouvons-nous savoir des motivations et de l’état d’esprit des auteurs de LRDP ?
  • la méthode : que penser du format qu’ils ont choisi pour nous exposer leurs idées et nous associer à leurs recherches ?
  • le contenu : les éléments présentés sont-ils bien des “faits”, et que pouvons-nous en dire ?


La confiance règne

Comme nous nous plaisons à souligner qu’il est toujours intéressant de savoir comment les individus s’appliquent leur propre discours, nous apporterons aussi des éléments précisant comment nous nous positionnons nous-mêmes sur ces trois points, histoire d’alimenter le questionnement qui devrait naturellement être le vôtre à la lecture de tout article, incluant celui-ci : en quoi puis-je faire confiance aux auteurs ?

Si vous n’avez toujours pas vu le film (les réponses du type “non mais vous croyez vraiment que j’ai que ça à faire ?” sont parfaitement justifiées), sachez que nous allons largement en déflorer le contenu. “Spoiler ahead!” Et, de fait, on va s’poiler un peu… Ne serait-ce que parce que les débats autour de ce documentaire, hormis de rares morceaux de bravoure, nous semblent singulièrement manquer d’humour. D’humour, mais aussi de recul, et de mise en perspective.

Bref, attendez-vous aux qualités “spirituelles” qui nous sont chères : du bon esprit critique, mais aussi les pointes de mauvais esprit qui vont bien. Surtout lorsque, à défaut de jouer le jeu des auteurs, nous utiliserons contre eux leurs propres armes 🙂 !

Conclusion (provisoire) : le contrat de confiance

Les défenseurs de LRDP auront beau jeu de lancer : “Quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde le doigt”. Ce à quoi les réponses ne manquent pas :

  • Non mais attends un peu, mon petit bonhomme, qu’est-ce qui me dit que j’ai affaire à un sage, justement ? Pourquoi ce serait pas juste un vieux barbu sénile en robe, c’t’homme-là ?
  • Pourquoi il nous montre la lune ? (Sa lune ? “Vas-y Grimault, montre-nous tes faits, vas-y Grimault montre-nous le docu 😉 !”) Il veut détourner notre attention d’autre chose ou quoi ?
  • Et qu’est-ce qui nous assure que c’est bien la lune qu’il pointe du doigt, et pas juste un gros lampadaire ? Le faux prophète n’est-il pas en train de nous faire prendre une lanterne pour le Messie ?

Jacques Grimault critique l’attitude de ceux qui survolent ses thèses sans les étudier en détail. Mais lui, nous donne-t-il envie de nous intéresser à son travail ? Répond-il à des exigences basiques de sérieux, de rigueur et d’honnêteté intellectuelle ? Accepte-t-il de se plier à des règles et des jeux édictés par d’autres, de manière collective – non pas arbitrairement, mais parce que des siècles de progrès ont permis de les valider comme très pertinents pour l’établissement de la vérité ?

Comprenez bien que lorsque vous dites “non mais jugez le fond, voyons” sans entendre que votre interlocuteur conteste “la forme”, c’est que vous ne comprenez rien au débat en cours : si vous voulez que l’on se concentre sur le contenu, il est de votre responsabilité de rassurer et convaincre votre interlocuteur. C’est à VOUS de savoir comment répondre à un “donnez-moi une seule bonne raison pour perdre mon temps avec ces conneries !” Jean-Michel Abrassart nous rappelle que les scientifiques rechignent à discuter avec les tenants de thèses pseudo-scientifiques ; charge aux sceptiques, donc, d’engager la discussion.

Sauf que Grimault oppose le “doute méthodique”, dont il prétend être adepte, au “scepticisme systématique”, qui serait l’attitude de ces sombres individus osant affirmer que tout travail, et en particulier tout travail se réclamant de la démarche scientifique, peut être soumis à une évaluation critique (où l’adjectif “critique” ne présuppose même pas d’un quelconque jugement de valeur final, positif ou négatif).

C’est oublier que, face à un mythomane compulsif, par exemple, une vigilance accrue est non seulement souhaitable, mais tout à fait indispensable ! Cette attitude n’est donc pas condamnable en soit : tout dépend de ce qu’on soupçonne de l’honnêteté de notre interlocuteur et des raisons qui l’animent.

Pour ne pas vous pondre des textes trop indigestes, nous avons découpé toute notre recherche en cinq articles :

  • Article 1/5 : quel est l’objet de notre démarche d’analyse ?
  • Article 2/5 : les auteurs de LRDP nous inspirent-ils confiance ?
  • Article 3/5 : la méthode d’exposition de leurs idées nous inspire-t-elle confiance ?
  • Article 4/5 : le contenu de LRDP est-il pertinent ?
  • Article 5/5 : comment se positionner face à de tels “documentaires” ?

A plusieurs reprises au cours de nos recherches, nous sommes tombés sur de sacrées perles, que nous enfilerons avec plaisir ! Vous comprendrez mieux pourquoi la boutade que nous utilisons en titre, l’ “escroquerie pyramidale”, a plus de sens qu’on ne pourrait le croire.

Et si vraiment vous ne pouvez pas concevoir qu’on s’intéresse à autre chose qu’au “fond” du docu… Déjà, relisez cet article-ci. Et puis après, tant pis pour vous, patientez donc avec ça :

  • les explications de Charlatans.info sur la “pyramidiotie”, dont vous apprendrez qu’elle ne date pas d’hier (Grimault est loin d’avoir été le premier à faire des calculs dans tous les sens pour faire émerger des valeurs remarquables dans les mensurations des pyramides !)
  • un documentaire de Discovery Channel, forcément un peu moins sexy que LRDP (la science sérieuse n’a pas à être sexy), mais qui réintroduit des explications réalistes là où LRDP ne souhaite voir que mystères et étrangetés


Bah tiens, en fait, y en a qui se disent capables de tout refaire en 4 ans…

APPEL A PARTICIPATION ! Nombre de commentateurs avisés, sur des blogs ou des forums, ont déjà donné de leur temps pour exposer les limites, les erreurs, les omissions et les manipulations de LRDP. Ce serait du gaspillage que ce travail se perde, mais nous n’avons ni l’envie ni les ressources adéquates pour le reprendre de manière exhaustive. Si cela tente certains d’entre vous, nous sommes disposés à relancer un chantier comme celui de l’étude de la théorie de Jay Weidner sur le Shining de Kubrick : un tableau structuré pour faire apparaître chaque “fait” proposé par LRDP, en évaluer la “vérité” et, le cas échéant, les interprétations alternatives négligées par Pooyard et Grimault. Tableau qui prendrait la forme d’un Google Doc sur lequel nous travaillerions de manière collaborative, avec cette fois-ci des contributeurs en nombre limité, dont nous attendons qu’ils aient participé aux discussions sur le sujet sur d’autres plate-formes.

Nous nous lancerons dans ce projet à la seule condition qu’un nombre suffisant de bonnes volontés se joignent à nous ; nous sommes prêts à fournir le cadre et la coordination, mais le contenu restera largement du ressort des participants. Bref, si un tel projet collaboratif vous intéresse, contactez-nous !

Et, dans tous les cas, à dans 3 jours pour une argumentation tout ce qu’il y a de plus ad hominem 🙂 !

Auteurs : , et

Tags : , ,

58 réactions à l'article « Révélation(s) en série (1/5) : où est l’escroquerie pyramidale ? »

  1. Corruptio Optimi Pessima a écrit :

    @ Tyran :
    Je commence à avoir vraiment assez de ses insinuations insidieuses, qui – outre être inutiles et malvenues – commencent ici à prendre une dimension odieuse et sournoise.
    Si encore tu ne t’avérais pas médiocre en matière d’éristique, tu aurais au moins pu tenter de faire accroire à tout le monde que tu répondais à mes questions…

    “vous demandez des sources que vous êtes censé déjà connaitre ?”
    –> Non : si j’en demande d’autres, ce n’est pas pour me citer celles-ci, particulièrement si elles ne répondent en rien à mes questions mais ne font que confirmer leur bien-fondé.

    “Votre dissonance cognitive a dû vous faire sauter deux autres références très intéressante sur le sujet :”
    –> Mais pourquoi diable ressors-tu les deux notes qui suivent, tandis que je t’ai déjà expliqué pourquoi la première est hors-sujet et pourquoi la seconde – que je n’ai pas toujours pas consulté intégralement, donc sur laquelle je ne peux pour l’instant pas inflexiblement me prononcer – semble maintenir les mêmes interrogations que moi, concernant les seuls aspects traités.

    “D’ailleurs, pourquoi ignorer d’autres ouvrages de Stocks si ceux-ci approfondisse son document sur la taille des pierres comme vous le demandiez, notamment sur l’origine des outils retrouvés ?”
    –> Tu fais les questions/réponses tout seul maintenant ? Alors même que j’ais déjà répondu à ce propos ?
    Qui fait preuve de mauvaise volonté ?

    @ Zasttava :

    “N’ai rien compris ! Je m’excuse, je t’ai relu plusieurs fois mais ce que tu as écrit n’a aucun sens…”
    –> C’était pourtant simple et limpide : si tu penses que je suis un naïf parano en mal de théories complotistes, et que c’est pour cette raison que j’ai tenu le propos par toi incriminé, alors je peux citer nombre de spécialistes du sujet qui te diront exactement la même chose… à moins qu’eux aussi soient tous comme moi, et qu’en plus ils croient aux aliens ! (C’est ironique, au cas où – ça non plus – tu ne l’ais pas saisi…)

    “Tu vas voir c’est con, mais juste implacable. Toute personne vivant sur le territoire égyptien entre 5000 BC et l’an 2013, est considérée comme égyptien. ”
    –> Cette première assertion est déjà inexacte, mais passons sur les détails : où sont les preuves que ces pyramides datent de la IVème Dynastie ? Ton livre d’Histoire datant de lorsque tu étais petit te suffit, c’est ça ?

    “Mnemon n’a rien d’une simple statue.”
    –> Qu’elles soient colossales n’enlève rien au fait qu’il s’agisse de statues, et non de bâtiments conçus pour être antisismiques. Tu as beau tenté de jouer – maladroitement – sur les mots, le principe reste le même, mon raisonnement reste applicable.

    “Je ne confirme ni n’infirme quoi que ce soit”
    –> Alors pourquoi, lorque je te demande :”quand bien même il ne s’agirait que d’un remake, qu’est-ce que cela retire à la véracité des éléments présentés et à la validité des arguments exposés ?” me réponds-tu que c’est le mot “révélation” qui est à revoir ? Tu avais quelque chose d’autre – de concret – à dire, mais tu as préféré tergiverser à propos de l’emploi d’un terme ?

    “Je ne connais aucun documentaire présentant le disque de Sabu. J’ignore quel est cet objet. As-tu des sources précises à ce sujet ?”
    –> En fait, tu n’as pas regardé LRDP, ou si tu l’as fait tu n’as rien cherché à vérifier, c’est ça ?

    “euh… tu parles de cette « ligne » bidon tracée en rouge par l’infographie de LRDP. Bon. Et ?”
    –> Et ? Et bien il ne s’agit tout simplement plus d’un “remake”, comme tu te plais à l’appeler, s’il est l’unique documentaire à en faire mention. C’était pourtant ton fer de lance…

    Enfin, LRDP n’étant pas une publication scientifique, mais davantage un appel à la recherche et à la vérification de ce qui y est exposé, il est normal que tu n’y trouves pas toutes les références disponibles.
    La majorité du travail, des découvertes, sources et références de Jacques Grimault est dans son livre, déposé depuis 2003 et qui devait sortir en même temps que le film. Les deux ont été largement retardés, mais devraient sortir en fin d’année ; inutile donc, pour l’instant, de spéculer sur le contenu.

    Je reviendrai peut-être ici, voir si vous apportez enfin une base stable à la discussion, mais étant donné l’accueil “de qualité” auquel j’ai eu droit, je pense plutôt vous laisser avec vos certitudes, et continuer à poser mes questions à des gens compétents, bien plus intéressants et bien moins intransigeants que vous ne l’êtes.

    Thumb up 23

  2. Caligula a écrit :

    Bonjour à tous, pro ou anti LRDP;

    Quel débat animé (je pourrais l’écrire au pluriel).
    Que les uns ou les autres aient raisons ou torts avec ou sans références dignes de ce nom et sur certains “faits” est une chose, ce que je vois c’est qu’il y a débat et qu’il enflamme les passions.

    N’est ce pas là le véritable but ?

    Se poser des questions quant aux affirmations qu’on nous présente aujourd’hui et qui peuvent être réfutées car on aura trouvé de nouvelles preuves ne serait pas une première. (Schliemann, Darwin, Newton, Galilée et bien d’autres noms reconnus aujourd’hui mais décriés lors de leurs découvertes par les “bienpensants” de l’époque)

    Perso j’ai vu le film, et il m’a intéressé par ses “révélations” (si je peux encore les appeler comme ça) qui ne manquent pas de nous interroger et pas que sur les pyramides d’Égypte.

    Notre passé est encore flou qu’on le veuille ou non, et il n’y a pas que ce film qui en parle, d’une façon nouvelle, ça c’est sûr.
    Mais toujours est-il qu’à la fin, et bien que j’ai beaucoup apprécié ce docufiction/remake/doc/film/etc (ça fait rêver quand même, et oui j’avoue, j’aime rêver !) je me suis posé sérieusement la question quant à son “contact mystérieux” qui ne voulait qu’une chose : qu’on le rejoigne pour continuer la quête…
    Vous vous en souvenez si vous l’avez vu.
    Et bien ça m’effraie ! Je suis “piqué” par le sujet sur notre passé depuis bien longtemps, même si je n’ai pas les connaissances de certains ici, mais cette façon de présenter la fin me fait prendre mes jambes à mon cou et fuir… ça fait très sectaire comme finalité.
    Bien qu’une secte ne soit qu’une croyance différente de celles proposées par les 3 grandes religions monothéiste qui ont aujourd’hui le monopole et qui ont pour certaines elles-mêmes été considérées comme des sectes à leur début (Christianisme).
    Toujours est-il qu’on a que des questions et des théories sur la plupart de ces sujets et que l’avenir nous en dira peut être plus, ou pas.
    Comme je vous l’ai dit, je ne suis pas fermé, et si demain l’archéologie trouve des preuves que les hommes, pour une raison ou pour une autre, ont bien réalisés ces édifices disséminés partout sur la terre, alors oui je ne serais plus un sceptique.
    Mais aujourd’hui, beaucoup de mes “pseudos recherches” sur les religions, sur l’histoire ainsi que sur les civilisations perdues n’avaient pas de réponses satisfaisantes. Et lorsque, il y a quelque mois seulement, j’ai découvert par hasard des reportages expliquant, d’une façon toute nouvelle pour moi, qu’on aurait pu être visité dans le passé par des civilisations bien plus avancées que la notre aujourd’hui et qui auraient pu nous faire avancer de façon significative, cette idée ne m’a pas dérangé outre mesure. Je me permettrais même de dire, que ce pourrait être la “pierre angulaire” qui expliquerait bien des choses que les hommes modernes peinent à expliquer.
    Mais ne pas pouvoir expliquer certaines choses ne veut pas dire nécessairement que ces théories sont fausses ou exactes.
    L’intérêt de ces théories et de faire avancer les recherches et les conversations, car qu’est ce qui est vraiment important ? La vérité !
    Et peu importe ce qu’elle dit, que ce soit nos ancêtres ou d’anciennes civilisations inconnus ou encore des aliens qui aient fait ces splendeurs architecturales dont nous sommes les héritiers et qui créées la polémique, le but ultime est de finir par découvrir la vérité.

    Et serez-vous, vous tous, pro ou anti, prêt à accepter cette vérité si elle devait un jour être révélée ou découverte ou continueriez-vous à nier les évidences ?
    En tout cas, continuez le débat, avec un peu plus d’humilité pour certains et d’ouverture d’esprit sur des faits inexpliqués pour les autres et on finira bien, tôt ou tard, par démêler ce sacerdoce.

    Un semi-sceptique semi-non-sceptique qui se pense assez ouvert d’esprit pour affronter la vérité quel-qu’elle soit.

    Bien à vous tous

    Thumb up 14

  3. Caligula a écrit :

    Cependant…..

    – Quand il y a un doute, c’est qu’il n’y a pas de doute !

    Et lorsqu’on nous affirme pour argumenter un fait que l’on tient pour acquis en disant :

    – C’est scientifiquement prouvé ! (j’ai lu untel !)

    Alors on peut franchement avoir des doutes.

    Se voiler la face, par obligation ou volontairement, en affirmant que rien n’est possible autrement que ce que l’on nous enseigne ou ce que l’on veut bien laisser filtrer, et ce malgré le fait de manier avec dextérité la rhétorique, n’en fait pas moins de cette personne un bisounours évoluant dans le monde de Casimir !

    Le réveil va être dur lorsque cette personne s’apercevra que tout n’est pas fait pour son bien mais bel et bien pour des intérêts de quelques-uns dont je doute que les auteurs de LRDP fassent parti.

    Au plaisir de vous réveiller ! rires !

    Thumb up 0

  4. Patrice LASVENES a écrit :

    Il y a une chose qui me gène par dessus tout, sur ce site : C’est l’anonymat des auteurs de cet article qui soit disant dénonce les manipulateurs du documentaire : la révélation des pyramides.
    Je pense que c’est l’hôpital qui se moque de la charité !
    Vous, messieurs les auteurs de cet article ( Loki, tesla Lupin, la plume …) dites pourtant qu’il faut d’abord essayer de savoir qui sont messieurs Grimault et Pooyard avant de juger du fond de leur thèse.
    Alors, je vous le demande : Comment peut-on juger de votre sérieux, de vos compétences ? vous qui restez dans l’anonymat derriere vos surnoms.
    De quoi avez vous peur, au point de cacher votre identité ?
    Comme vous le voyez, en ce qui me concerne, je met mon nom et n’ai nulle peur de m’en cacher. Je suis un être responsable et qui assume ses propos.
    Messieurs ou Madames les lupins , tesla, ou loki …veuillez en faire de même. Si vous êtes emprunt de bonnes intensions, veuillez décliner vos identités si vous voulez qu’on accorde du crédit à vos dires !
    Dans toutes les revues, journaux, ou livres figurent les noms des auteurs.
    Alors faites en de même ou alors…faites vous oublier….

    Thumb up 27

  5. bochet a écrit :

    je me suis arrété a la moitié,certain diront que c est une erreure de ma part,mais je pense que celui qui a écrit cet arcticle est a la masse et qu il manque clairement d imformations et de jugeote sur certain sujet.
    pour comprendre tout cela(ce qui englobe les secrets des pyramides)il faut étudié bien plus que ces monuments et les simples faits.
    difficile de faire avancer notre monde,quand la masse est composé principalement d ahuris.
    je remercie M;Grimault,que j ai rencontré personnellement pour sont travail.

    Thumb up 13

  6. Jacques Grimault a écrit :

    Une fois de plus, beaucoup d’intervenants lèvent vos paradoxes et l’évidence de votre inculture universelle, que ne parvient pas à cacher cet orgueil démesuré à peine teinté d’un humour lourd et vaseux ; j’ai demandé à plusieurs reprises de pouvoir discuter sur le fonds et sur de vrais sujets de discussion, avec évidemment de vrais contradicteurs, si possible plus cultivés que vous l’êtes, mais il semble que vous soyez incapables de cet engagement, qui, il est vrai, sonnerait la fin de vos sarcasmes dans la déconfiture absolue… Voilà donc votre méthode expliquée : refuser l’engagement en louvoyant, en biaisant, en chicanant, et – hélas – en mentant parfois. J’ai, en son temps, remis le modeste monsieur lupin (sans majuscule, et pour cause ; ce serait un vol d’identité doublé d’une insulte à Maurice Leblanc et à tous les amateurs de la geste lupinienne) à sa place : il n’a pas cru bon y rester : je lui donnerai donc ce qu’il mérite dès que j’en aurai le temps : qu’il ne vienne pas se plaindre ; lorsqu’on est inculte et de plus lâche et vaniteux, on a besoin de temps à autres d’être tancé d’importance. Que les amateurs se le disent et attendent avec patience : je soignerai l’énergumène comme il le mérite, et là, humour acide, corrosif et dégradant sera de règle, au plaisir des lecteurs ! A la prochaine donc, insipide et vil prétentieux : une raclée loyalement annoncée…

    Thumb up 37

  7. Altair a écrit :

    Ca va faire plusieurs mois que tu répètes la même chose Jacquo, plus d’action moins de blabla te donneront peut-être un peu de crédibilité. Parce qu’après ton faux livre, ton faux procès et tes fausses menaces en diffamation, tu ressembles de plus en plus à du flan. Ou alors ta débâcle face à Cerberus te serait-elle resté en travers de la gorge ?

    Thumb up 10

  8. Zasttava a écrit :

    “Une fois de plus, beaucoup d’intervenants lèvent vos paradoxes […]” : et beaucoup d’intervenants ont levé les vôtres, ici et ailleurs !

    Altair a raison, commencez par stabiliser votre situation juridique vis-à-vis d’Ekwanim, publiez (enfin) votre livre, et ainsi les internautes pourront débattre avec un interlocuteur plus crédible.
    Ce n’est pas en répondant aux bloggeurs par vos pirouettes-cacahuètes habituelles assorties de vos rhétoriques menaçantes que vous gagnerez le respect de qui que ce soit.

    Alors prenez des cours d’humilité, ou exemple sur Graham Hancock… (hi hi).

    Thumb up 10